Espace naturel sensible unique en Auvergne

La forêt de la Comté est la plus grande chênaie de plaine d'Auvergne. Elle culmine à 817 m d'altitude. Des sentiers de randonnées permettent aux visiteurs de découvrir la richesse de la flore et de la faune de cet espace naturel sensible unique en Auvergne.

Sommaire

Actualité

Cet été, les balades dans la Comté seront aussi agréables que riches de découvertes !
Avec le sentier du Pic des Fleurides, vous saurez tout de l'histoire géologique de ce massif
Avec le sentier du Cheix Blanc, explorez son monde animal !
Pour votre sécurité les autres parcours restent fermés...
Merci de votre compréhension.

Situation géographique

A proximité de Vic-le-Comte, la forêt de la Comté est délimitée à l'ouest par la vallée de l'Allier et à l’est par les plateaux granitiques du Livradois.

Origine volcanique

25 millions d’années

Le plus ancien ensemble volcanique d’Europe

La forêt s’étale sur diverses buttes.

Principaux Pics

  • Le Pic du Cheix Blanc (817 mètres d’altitude),
  • le Pic de Dimond (734 m),
  • le Pic des Fleurides (676 m)

Formation du massif volcanique de la Comté

Les milieux, la faune et la flore

Une forêt pour observer et préserver la beauté des éléments naturels

Importante diversité de milieux naturels

Peuplements forestiers variés, forêts de ravin, forêts alluviales résiduelles, pelouses pionnières sur dômes rocheux…Sa situation géographique, son passé géologique et historique, des facteurs qui expliquent la grande diversité des milieux et des habitats.

Une flore très riche

Géranium noueux, Lis martagon, Œillet superbe, Anémone pulsatille ou encore Céphalanthère rouge ; La forêt de la Comté abrite une flore très riche d'espèces protégées.

Une faune remarquable

La richesse floristique de la forêt se double d’une richesse faunistique remarquable aussi bien pour la grande faune sauvage (chevreuils, sangliers, renards) que pour les petits mammifères (chauves-souris : Murin de Daubenton), les oiseaux (Bondrée apivore, Milan royal, Pic mar), les insectes ou encore les amphibiens avec des espèces emblématiques comme la Salamandre tachetée ou le Sonneur à ventre jaune, espèces considérées comme rares et menacées en France.

Zoom Histoire

Zoom Faune

Que se passe-t-il dans une mare de la Forêt de la Comté ?

Une vidéo installée 3 mois a permis l'observation de 12 espèces sur une même mare : quelle hospitalité pour la biodiversité ! (source : étude sur les mammifères 2017) 

Zoom Flore

Une histoire qui remonte au Moyen-Age

La découverte de quelques vestiges archéologiques, dont des nécropoles tumulaires, démontre une présence humaine ancienne sur le massif (protohistoire).

L’histoire connue de la forêt de la Comté remonte au Moyen-âge (XIIIème siècle).

Des illustres propriétaires

Les boisements de la Comté ont traversé les âges grâce à la gestion menée par ces illustres propriétaires.

  • 1230 - La Comté appartient aux Comtes d’Auvergne qui lui ont donné son nom.
  • 1547 - Grâce au jeu des alliances et des mariages, la forêt devient royale avec Catherine de Médicis, qui érige la maitrise des eaux et forêt (ancêtre de l’ONF) jusqu’à Louis XIV.
  • 1651 - Elle devient ducale lorsque ce dernier décide de l’échanger à Frédéric-Maurice de la Tour d’Auvergne contre de la principauté de Sedan et Raucourt (Ardennes).
  • 1822 - Elle est vendue à Adélaïde-Eugénie-Louise d'Orléans, sœur du roi Louis Philippe.
  • 1852 - Suite à l’avènement de la deuxième république les biens monarchiques sont confisqués. Les Hospices de Clermont se portent acquéreur de 523 ha de forêt dans le massif de la Comté. Pendant près de 150 ans les Hospices vont utiliser la forêt pour chauffer ses bâtiments et tirer des recettes issues de la vente des bois. Cette administration va aussi participer à l’enrésinement d’une partie du massif.
  • 2000 - Lorsque les Hospices, devenues CHU, décident de vendre, des associations naturalistes locales alertent le Département sur l’intérêt de préserver et d’acquérir cette forêt afin d’éviter son morcellement et son enrésinement aux dépens des chênes, charmes, érables sycomores, merisiers…
    Le Département rentre ainsi dans la lignée des grands propriétaires avec les communes d’Yronde et Buron et Saint Babel propriétaires de 391 ha au Sud du massif. Depuis 2000, le conseil départemental a acquis 615 ha, il détient également près de 400 autres hectares en droit de préemption (prioritaire sur la vente).

Contact

Emmanuelle TEXIER
Service milieux naturels
Emmanuelle.TEXIERping@puy-de-domepong.fr

04 73 42 12 14

Direction de l'Aménagement des Territoires

Article mis à jour le 12 juillet 2019