Façonnée par les glaciers

La vallée du Fossat, site emblématique du Forez est installée au cœur d’une grande faille de direction nord-ouest/sud-est à plus de 1 200 mètres d’altitude. Ce lieu a été envahi et remodelée par les glaciers il y a plus de 100 000 ans. Cette vallée possède un climat montagnard prononcé et une topographie accidentée.
Ses caractéristiques conditionnent la présence d’une diversité importante d’habitats en relativement bon état de conservation ainsi qu’une richesse en espèces montagnardes et subalpines.

Sommaire

Venez découvrir le site

La vallée du Fossat : le livret

Les sentiers de la vallée du Fossat

Des itinéraires vous permettent de découvrir le site depuis les crêtes ou le fond de vallée.

Visite virtuelle et augmentée d'une vieille forêt : la vallée du Fossat

https://frane-auvergne-environnement.fr/index.php/visite-virtuelle/vieille-foretOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre

Les milieux, la faune et la flore

Placée sur une grande faille remodelée lors des différents épisodes glaciaires, froide et humide, la vallée révèle à l'observateur averti un inventaire miniature de tous les types de reliefs issus de l'ère glaciaire : cirque, paroi d'auge, blocs erratiques...

La vallée du Fossat est d’autant plus originale qu’elle est, avec la vallée des Reblats voisine, l’un des deux seuls sites glaciaires du Parc naturel régional Livradois-Forez. Ces deux vallées disposées tête-bêche, sont difficiles d’accès et constituent un « sanctuaire » de la biodiversité forézienne. Elles concentrent depuis le sommet de leurs versants jusqu’en leur fond toute la diversité présente sur les monts du Forez et sont un des éléments primordiaux du réseau d’habitats de cette chaîne montagnarde.
De fait, ces deux vallées bénéficient de mesures de protection (site classé, arrêté préfectoral, ENS…) qui contribuent à leur préservation.

Divers inventaires y ont recensé : 

  • Flore vasculaire : 434 espèces dont 16 patrimoniales
  • Bryophytes (mousses) : 242 espèces dont 88 patrimoniales
  • Champignons : 71 espèces dont 4 patrimoniales
  • Lépidoptères (papillons) : 60 espèces dont 2 patrimoniales
  • Coléoptères : 238 espèces dont 41 patrimoniales
  • Odonates : 6 espèces dont 1 patrimoniale
  • Orthoptères : 21 espèces dont 5 patrimoniales
  • 3 espèces d'amphibiens et 7 de reptiles
  • Avifaune : 102 espèces dont 33 patrimoniales
  • Mammifères hors chiroptères (chauves-souris) : 28 espèces dont 8 patrimoniales (dont le chat forestier)
  • Chiroptères : 8 espèces dont 3 patrimoniales

Un enjeu majeur : maintenir voire restaurer les continuités écologiques

Le bas de la vallée fermé par une plantation d’épicéas a fait l’objet d’une coupe à blanc en 1999, suivie de travaux de remise en état par le Département afin d’ouvrir le paysage et de retrouver les pâturages qui occupaient tout le fond de la vallée au début du XXème siècle.

En effet, cette vallée, utilisée vraisemblablement depuis l’époque romaine, est le témoin des pratiques anciennes d’estivage bovin (d’Alverny, 1907 ; Janssen & Van Straten, 1982). Au cours du XXe siècle, la vallée du Fossat constituait une zone d’estive de transition où les bovins stationnaient avant et après l’estivage sur les hautes-chaumes.

Aujourd’hui, le fond de vallée est à nouveau pâturé par quelques génisses Salers appartenant à un agriculteur de la région. Depuis, le site est recolonisé par diverses espèces de fleurs et de hautes plantes herbacées, très prisées des insectes (comme le papillon Damier de la succise).

De part et d’autre, la vallée est occupée par une forêt ancienne de hêtres et sapins mais également de plantations de résineux récentes (30 à 40 ans) parsemées d’impressionnants éboulis rocheux. Les plantations feront l’objet d’une exploitation afin de rouvrir le paysage jusqu’aux crêtes dont les objectifs sont multiples, notamment de récréer une continuité écologique entre le fond de vallée et les crêtes (enjeux écologiques, esthétiques …et climatiques).

Une gestion partenariale pour des objectifs partagés

Le Département, avec l’appui de Parc naturel régional Livradois-Forez et du Conservatoire des espaces naturels d’Auvergne, également propriétaire de grandes parcelles au sein de l’ENS, œuvrent pour la préservation de ce site.

Les actions réalisées :

  • Installation d’un troupeau de salers en fond de vallée afin de maintenir les milieux ouverts
  • Amélioration des connaissances et suivi de nombreuses espèces
  • Étude bibliographique sur l’Histoire de la vallée du Fossat
  • Observatoire photographique
  • Aménagement d’une aire de stationnement à l’entrée du site et fabrication et installation d’un pupitre de sensibilisation à l’entrée du site classé et de l’ENS
  • Sécurisation de la partie forestière du sentier PR de la vallée du Fossat

Les actions en cours et projetées :

Dans les années futures les interventions se concentreront également sur les propriétaires de terrains inclus dans le périmètre d’intervention.

  • Préserver les milieux ouverts (landes et fumades) par un pastoralisme extensif 
  • Protéger les milieux sensibles par la pose et l’entretien des clôtures en bordure des cours d’eau 
  • Maintenir les peuplements forestiers à forte naturalité par la non intervention sylvicole sauf pour la sécurisation du site
  • Ne pas introduire d’essences exogènes (épicéa, mélèze, douglas, espèces prairiales…) 
  • Amélioration des connaissances et suivi du site
  • Sensibiliser le public à la rareté et la fragilité des milieux et espèces de ce site (panneau à l’entrée de la vallée, sorties naturalistes…)

Les changements climatiques globaux sont probablement une menace pour les communautés alticoles et en particulier subalpines.
De par sa situation de confinement et d’exposition, la vallée du Fossat pourrait à l’avenir s’avérer être un site d’importance majeure pour la conservation des espèces de milieux froids.

Fiche identité

GestionnaireParc naturel régional Livradois-Forez et Conservatoire des espaces naturels d’Auvergne
Première acquisition2000
LocalisationJob
Surface410 ha
Droit de préemptionOui
Statuts de protection

Natura 2000 site classé (au titre du paysage)

La presse en parle : restauration des continuités écologiques

Service communication

Article mis à jour le 26 août 2022