Un corridor bleu et vert !

Le Bec de Dore, ou la confluence des rivières Dore et Allier, est à la limite entre les départements du Puy-de-Dôme et de l’Allier. Ce site est connu depuis des décennies par les naturalistes pour la richesse de son patrimoine naturel

Sommaire

Un enjeu majeur : préserver la tranquillité du site

Le Bec de Dore, et plus largement l’axe Allier, est considéré comme un corridor « refuge » ou « trame verte et bleue » par lequel transitent une flore et une faune remarquables. Ainsi, malgré sa taille réduite, ses caractéristiques en termes de variété et de qualité d’habitats lui confèrent une valeur écologique très intéressante.
Aujourd’hui, sa richesse naturelle est préservée en raison de la faible activité humaine due à son enclavement et au risque d’inondation. Aussi le site ne se prête guère à l’accueil du public.

A noter

Cet Espace naturel Sensible est un rescapé ! En effet, dans les années 80 il avait été sélectionné pour accueillir une centrale nucléaire à quatre réacteurs : l’eau nécessaire au refroidissement, était disponible sur les deux rives et même en dessous !

Les milieux, la faune et la flore : un hotspot de biodiversité

Sa richesse naturelle provient notamment de la forte dynamique fluviale de la rivière Allier. En effet, ces rivières, encore « sauvages », façonnent les milieux naturels au gré des crues et régénèrent les milieux pionniers (plages remodelées, berges mises à nues…), alimentent les « boires » (bras de rivière en retrait du lit principal), les mares et les prairies humides…

Un lieu connu des ornithologues

La ripisylve ou forêt alluviale, l’une des plus belles de la région qui borde les deux cours d’eau, et le réseau bocager relativement bien conservés, participent également à cette mosaïque complexe de milieux et font du Bec de Dore un espace fluvial de grand intérêt.
Les ornithologues le connaissent depuis longtemps.

149

espèces d'oiseaux observées

dont 32 nicheuses

Les oiseaux du lieu

Sur les plages de galets nichent des petits gravelots ; au même endroit, des chevaliers guignettes et des bergeronnettes grises viennent chercher leur pitance. Dans la ripisylve loge le pic mar. Il y côtoie le héron cendré, le milan noir et le loriot. Bien d’autres espèces peuvent être observées : le bihoreau gris, l’aigrette garzette, la bécasse des bois, le guêpier d’Europe, l’hirondelle de rivage... 

Un paradis pour les insectes

  • 42 espèces libellules,
  • 24 orthoptères (criquets et sauterelles)
  • et 317 coléoptères dont 292 saproxyliques, parmi lesquelles 74 sont bio-indicatrices !

54

espèces de papillons de jours

dont les très rares cuivré des marais, thècle de l’orme, thècle du prunier et damier de la succise

Le retour de la Loutre et du castor

La loutre et le castor sont revenus s’installer sur les rivières du Bec de Dore (après 50 ans d’absence pour la loutre et plusieurs siècles pour le castor). Plus surprenant encore, des pièges photo ont permis de détecter la présence du chat forestier. 

25

espèces de mamifères

dont les chauve-souris

Abondance de flore

Le site accueille 12 espèces rares dont

  • le pigamon jaune,
  • la renoncule des marais,
  • la laîche maigre et la laîche des rives.

315

espèces de végétaux

sur le site

Découvrir le site

Le Bec de Dore est fermé au public pour de multiples raisons dont son caractère inondable.
Toutefois des animations sont organisées annuellement par le Département à sa périphérie (voir la rubrique agendaOuvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre ).

Une gestion partenariale pour des objectifs partagés

Préserver les mileux naturels

Le Département, avec l’appui de la LPO, au travers d’un plan de gestion de l’ENS ont comme premier objectif la préservation du site et de ses hôtes.

A noter que le Bec de Dore accueille les puits de captages du SIAEP Plaine de Riom : la préservation de la biodiversité participe également à la protection de la ressource en eau (et vice et versa)!

Les actions réalisées

  • Maintien des espaces ouverts et la mise en place de pâturage
  • Préservation de la forêt alluviale ancienne, extrêmement rare dans le département avec cette qualité de conservation
  • Exploitation des peupliers et élimination des essences allochtones
  • Démolition du bâti : ancienne bergerie transformée en résidence secondaire par l’ancien propriétaire.
  • De nombreux suivis naturalistes sont en cours : oiseaux, reptiles, amphibiens, chiroptères, orthoptères… Un inventaire des coléoptères du site a corroboré la richesse de la ripisylve.
  • Exceptionnellement, le site n’est pas ouvert au public. Cette interdiction est justifiée par le caractère inondable du site et par la présence de plusieurs points de captages d’eau potable. Les actions de valorisation sont menées depuis les 2 berges extérieures.

Les actions en cours et projetées

  • Développer le pâturage
  • Etendre l’acquisition sur la forêt alluviale…

Fiche identité

GestionnaireLPO Auvergne
Première acquisition2001
LocalisationMons, Limons
Surface84 ha
Droit de préemptionnon
Statuts de protectionZnieff,
Natura 2000 FR8301032
Zone alluviale de la confluence Dore-Allier »
et « FR 8312013 « Val d’Allier / Saint-Yorre  / Joze »

Contact

Service Milieux naturels
Emmanuelle TEXIER
Emmanuelle.TEXIERping@puy-de-domepong.fr
04 73 42 12 14

Service communication

Article mis à jour le 05 novembre 2018