Un poumon vert à proximité de l’agglomération clermontoise

Les Puys de Mur et Pileyre sont de véritables cœurs de nature situés sur les communes de Chauriat, Mur-sur-Allier et Vertaizon. 

Sommaire

Les Puys de Mur et Pileyre correspondent à des buttes volcaniques anciennes mise en relief par l’érosion. Sur ces secteurs à fortes pentes, les possibilités d’exploitation intensives et d’urbanisation ont été limitées. Ils sont donc recouverts de milieux semi naturels très intéressants.
Le Puy de Mur a toujours attiré l’homme, on y retrouve des vestiges archéologiques. Autrefois exploité par l’agriculture avec des vignes et du pâturage, la déprise agricole a induit l’embroussaillement des pentes.
Son intérêt réside aussi dans son sous-sol, une carrière de basalte est en activité sur le site.

Les milieux, la faune et la flore

Ses milieux thermophiles avec les pelouses sèches, les friches puis les chênaies pubescentes abritent une faune et une flore spécialisées.

La faune recensée sur le site :

  • 7 espèces d’oiseaux nicheurs remarquables : l’Engoulevent d’Europe, le Grand-duc d’Europe, la Huppe fasciée, la Pie grièche écorcheur, l’Alouette lulu, le Milan noir, la Bondrée apivore.
  • 67 espèces de papillons dont 5 menacées : la Laineuse du prunellier, la Thécla du prunier, l’Azuré du serpolet, le Grand nègre des bois et le Zygène du panicaut. 
  • 5 espèces de reptiles dont une remarquable : la Couleuvre d’esculape.
  • 5 espèces d’amphibiens dont 2 remarquables : le Crapaud calamite et l’Alyte accoucheur.

La flore recense 17 espèces à statut. Le site est très connu pour les orchidées (17 espèces présentes dans le site dont 9 remarquables) comme l’Orchis singe, l’Ophrys mouche, l’Ophrys araignée, la Céphalantère rouge, l’Epipactis à petites feuilles.
On note également la présence de l’Androsace allongée inscrite sur la liste rouge nationale, l’Aster Amelle et l’Inule variable protégées au niveau national.

Service communication

Article mis à jour le 23 novembre 2022